Le storytelling, ou pourquoi Léna Situations est-elle aussi efficace ?

histoires storytelling

Vous vous êtes déjà demandé quels étaient les secrets de réussite de Léna Mahfouf (aka Léna Situations) sur les réseaux sociaux ? Il s’agit pour beaucoup, du storytelling.
Cette méthode consistant à raconter une histoire à des fins de communication séduit de plus en plus de marques car elle permettrait de capter l’attention, de susciter l’émotion, de travailler la personnalité de marque et, selon certaines études, de favoriser la mémorisation.

Découvrez tous les secrets du storytelling et ce qui en fait un outil marketing si efficace !

 

  • L’efficacité du storytelling

 

Le storytelling se révèle comme un outil réellement efficace pour vendre donner plus de valeur à un produit. En 2009, un journaliste a voulu en apporter la preuve. Pour cela, il acheta 200 objects sur Ebay, dont le prix moyen était de 1$. Il a ensuite appelé 200 auteurs et leur a demandé s’ils voulaient faire partie de cette étude en écrivant une histoire pour l’un de ces objets. Les 200 auteurs ayant accepté, il retourna sur Ebay avec ces 200 objets une fois les histoires écrites. L’un d’entre eux était une fausse tête de cheval qu’il a acheté pour 0,99€. En lui apportant une histoire, il a réussi à la vendre pour 62,95$, ce qui correspond à une augmentation de 6395% !
Cet objet n’était cependant pas un cas à part, puisque que le journaliste a acheté 200 objets pour 129$, qu’il a réussi à vendre pour une valeur totale de 8000$.
C’est le pouvoir du storytelling.
C’est ce qui se passe quand on réussi à faire vendre une montre 5000€ après l’avoir placée dans un film de James Bond. On lui donne une histoire, on la relie à un personnage et on lui donne ainsi de la valeur.
En conséquence, PQ Media annonce que 10,5 milliards de dollars sont générés grâce aux placement de produits chaque année.

 

  • Comment fonctionne le storytelling ? 

 

Comment peut-on être aussi facilement influencés par quelque chose d’aussi simple qu’une histoire ?
Cela se résume à une chose : l’investissement émotionnel.
Plus on est investi émotionnellement vis-à-vis de quelque chose de notre vie, moins on sera critique et objectif à ce propos.
L’exemple parfait de ce propos est le fait de tomber amoureux, qui fonctionne de la même manière qu’une bonne histoire : pendant les premiers mois, notre cerveau est inondé de neurotransmetteurs et d’hormones qui influencent notre cortex, en supprimant notre objectivité et notre sens de l’observation. On est moins attentif aux défauts de l’autre et on a tendance à le sur-valoriser.
C’est ce qui se passe avec le storytelling.
Dans les histoires, les mêmes hormones et neurotransmetteurs peuvent être relâchés : vasopressine, l’ocytocine, la sérotonine, la dopamine, l’endorphine …

Le tout est maintenant de savoir comment les déclencher !

 

Des hormones puissantes  

 

La dopamine

 

La première hormone qui nous intéresse est celle de la dopamine. Cette hormone agit de trois manières : elle facilite la concentration, augmente la motivation et améliore la mémorisation. 

Pour augmenter le niveau de dopamine à travers une histoire, on peut par exemple créer du suspense et utiliser des cliffhangers. Cependant, tout storytelling créant systématiquement de la dopamine, ce n’est pas forcément nécessaire d’utiliser ces outils. Tout simplement car une histoire est forcément constitué d’attentes et d’espoirs …

Ainsi, en utilisant le storytelling, on peut déclencher les effets de la dopamine sans même avoir à passer par un cliffhanger par exemple. 

 

L’oxytocine

 

La deuxième hormone est celle de l’oxytocine. Les effets de celle-ci sont l’augmentation de la générosité, de la confiance et l’amélioration du relationnel. 

Quand notre niveau d’oxytocine augmente, on se sent plus humain, on noue des liens avec la personne qui raconte l’histoire et on se sent plus relaxé. 

On parvient à ce résultat en créant de l’empathie. Ainsi, lorsque l’on crée un personnage, on va faire en sorte de créer de l’empathie envers ce dernier. 

 

L’endorphine 

 

La dernière hormone est l’endorphine. Celle-ci est générée lorsque l’on rie. On devient ainsi plus créatif, plus détendu et plus concentré. 

 

  • Léna Situations et le storytelling

 

Pourquoi Léna Situations est si efficace ?
Comment cette jeune femme présente sur Youtube depuis 2017 a-t-elle réussi à sortir du lot dans ce monde si compétitif qu’est l’influence ?
Son secret réside majoritairement dans sa façon de raconter des histoires.
Avec son style très chorégraphié et minutieux, elle se révèle très efficace pour retenir l’attention de notre cerveau. 

Léna a toujours été très proche de son audience. Elle lui partage ses problématiques de jeune femme, celles que chacun et chacune rencontre dans son quotidien. Elle se place ainsi comme une personne plus humaine, ce qui s’avère souvent très compliqué sur les réseaux sociaux.
À travers son style de narration, elle déclenche les hormones de la dopamine, de l’oxytocine et de l’endorphine auprès de ceux qui la suivent. Tous cela en leur racontant sa vie dans les moindres détails, en créant de l’empathie envers elle et apportant de nombreuses touches d’humour. 

 

Le story circle 

 

Léna Situations c’est aussi une façon bien à elle de raconter des histoires. Ses vlogs sont notamment particulièrement appréciés, alors qu’ils ne constituent à la base que d’un récit de journée.
Ce qui fait la différence avec Léna Situations, c’est sa très probable utilisation du « story circle ». Bien qu’elle n’en ait jamais parlé, ses vidéos suivent pourtant à la lettre le système de cette règle de storytelling développée par Dan Harmon (co-créateur de la série Rick & Morty).
Le story circle est un cercle de 8 étapes par lesquelles le personnage devra passer pour que cela constitue une bonne histoire, pour que l’on se sente engagé dans l’aventure et que l’on ait envie d’en savoir plus.
En voici les 8 étapes :
1 – Le personnage est dans une zone de confort
2 – Il a des besoins, des rêves, un sentiment d’être incomplet
3 – Cela le pousse à aller vers une situation qui ne lui est pas familière
4 – Il fait face à des challenges et s’adapte à la situation
5 – Il trouve ce qu’il est venu chercher
6 – Il en paye un prix fort
7 – Il retourne dans le monde d’où il est parti …
8 – … en étant changé

 

rick et morty story circle

Dan Harmon Story Circle, reedsyblog

 

L’application du story circle

 

On peut appliquer cela à une récente série de vidéos que Léna a sorti à propos de sa recherche d’appartement à Paris.
Ce qui pourrait être simplement un vlog de déménagement est en fait un réelle aventure humaine de cette jeune fille qui quitte son cocon familial pour entrer dans la vie d’adulte :

  • Première étape : le personnage est dans une zone de confort. Dans le cas de Léna, sa chambre d’adolescente dans l’appartement de ses parents. C’est le point de départ de son aventure. 
  • Deuxième étape : elle veut quelque chose. Ici, un nouvel appartement. Ce nouvel appartement qui représente aussi un passage à l’âge adulte et la liberté qui en découle.
  • Troisième étape: elle rentre dans une situation qui ne lui est pas familière. Elle est illustrée par le fait qu’elle ne s’attendait pas à la difficulté qu’elle allait rencontrer : appels avec les agences, dossier …
  • Quatrième étape : adaptation à la situation de difficulté. On le voit par le fait qu’elle réussisse à trouver un contact qui va la mettre en relation avec quelqu’un qui cherche à vendre un appartement. Le fait qu’elle écrire une lettre de motivation très étoffée pour convaincre la propriétaire montre qu’elle s’adapte à la situation et essaye d’y faire face. 
  • Cinquième étape : Elle obtient ce qu’elle veut. On le constate dans la scène où on la voit recevoir le message qui confirme qu’elle a obtenu l’appartement. 
  • Sixième étape : Léna va payer au prix fort ce qu’elle voulait. Cela se concrétise par la mise en place du confinement qui va venir tout compliquer, par un déménagement complexe, par un parquet monté à l’envers … L’épisode 3 continue à confirmer cette 6ème étape, avec des complications qui continuent : des meubles trop hauts, un déménagement très cher, …
  • Septième étape : dans le dernier épisode, on observe un retour à la situation de familiarité, un apaisement dans l’histoire. On voit l’appartement prendre forme et Léna finir l’installation, faire les finitions …
  • Huitième étape : Illustré par cet épisode final, on se rend compte de tout ce que cette aventure lui a apporté, ce qu’elle en a retiré personnellement et ce qui en fait un personnage changé. Concrètement, on la voit faire ses premières courses pour elle-même toute seule, vivre seule pour la première fois, dans un vrai « chez elle ». Et le quotidien de Léna revient finalement à la normale, mais de manière quelque peu changé.

———————————————

Ainsi, en passant pour toutes ces étapes et en créant du suspens, de l’émotion, de l’empathie, du rire, Léna Situations parvient, mieux que quiconque, à retenir l’attention de son audience.
Ce qui explique en grande partie son succès grandissant. 

Et ce qui prouve finalement l’immense pouvoir du storytelling ! 

 

 

Vous pourriez aussi être intéressé par :

article blog influenceurs food article blog scandale louyetu

Laisser un commentaire