Présidentielle 2022 : les influenceurs au service des politiques

Image mise en avant de la vidéo YouTube entre McFly et Carlito et Emmanuel Macron

Comme vous le savez très certainement, 2022 est une année importante pour le pays. Les dimanches 10 et 24 avril, auront lieu les premier et second tour de l’élection présidentielle. Si pour la plupart des candidats, l’heure est à la recherche active de parrainages afin d’obtenir le droit de se présenter, ils ont tous, et depuis déjà un certain temps débuté leur stratégie de communication auprès des électeurs.
Depuis de nombreuses années les moyens et canaux de communication ont évolué, et la sphère politique à elle aussi pris ce virage en modernisant sa communication. Communication digitale, meetings immersifs et même publications régulières sur les réseaux sociaux, les hommes et femmes politiques sont aujourd’hui qu’ils le veuillent ou non, obligés de s’adapter à leur cible en multipliant leurs canaux de communication. Les influenceurs, eux aussi auront un rôle important à jouer en politique et dans cette élection.

Image de l'hologramme de Jean-Luc Mélanchon lors d'un meeting avant l'élection présidentielle de 2017
Jean-Luc Mélenchon et son hologramme lors d’un meeting en 2017

Un virage qui, selon certains serait presque assimilé à un dérapage tant ils vont loin pour séduire la cible des jeunes électeurs. Focus sur les influenceurs politiques, ces hyper-connectés qui feront peut-être basculer l’élection.

 

Une recherche de nouveaux moyens de communication

Il est loin le temps où, en 1965 les seuls moyens de communication des candidats étaient les « tracts de propagande électorale » faisant état de leur programme.

Image des tracts de campagne des candidats à l'élection présidentielle de 1965
Tracts de campagne des candidats à l’élection présidentielle de 1965

Près de 57 ans plus tard, le monde politique ayant évolué avec son temps, nous sommes submergés par la communication politique et particulièrement en période électorale. Mais force est de constater que malgré une nette augmentation de cette communication, cela ne fait pas pour autant monter l’intérêt des Français pour la politique. En témoignent les chiffres de l’abstention à chaque élection qui n’étaient pas aussi élevés à l’occasion de la première élection présidentielle au suffrage universel direct en 1965. Cette année-là, seuls 15,25% des électeurs ne s’étaient pas déplacés aux urnes contre 25,44% au second tour de l’élection de 2017.

Si nous ne sommes pas ici pour faire de la politique, notre but est de savoir dans quelles mesures, cette communication intensive pratiquée par les politiques a un réel impact sur les intentions de votes.

En s’intéressant d’un peu plus près aux chiffres, on observe rapidement une première tendance dans les catégories de votants. En effet, la catégorie d’âge qui vote le moins sont les jeunes entre 18 et 29 ans. Mais alors, comment arriver à intéresser cette cible jusqu’alors laissée de côté par les politiques.

Les primo-votants et jeunes votants représentent une part importante de la population électorale, c’est un facteur que les hommes et femmes politiques ont su comprendre, et qui fera peut-être la différence lors de l’élection qui arrive. Mais alors, quelles sont ces nouvelles stratégies, destinées à convaincre les jeunes de voter, et à quel point les réseaux sociaux ont un rôle important à jouer dans cette élection ?

 

Les médias sociaux : un nouveau moyen d’intéresser un public jeune aux sujets importants

Si les jeunes s’intéressent moins à la politique c’est en grande partie la faute aux moyens de communication employés par les politiques et les médias. Étant de moins en moins présents sur les médias classiques comme la télé ou la presse papier, ils sont bien plus présents sur les médias sociaux qui ont émergés ces dernières années.

Cet aspect, les politiques l’ont compris et utilisent aujourd’hui les réseaux sociaux en permanence pour montrer à leur électorat leur omniprésence « sur le terrain ». À bon ou à mauvais escient et même parfois à outrance, ils s’empressent de réagir à toutes les actualités en quelques tweets afin de montrer leur réactivité à l’information. Twitch, Youtube, compte instagram, etc. l’ensemble de la classe politique dispose aujourd’hui de médias sociaux sur lesquels ils recensent des millions d’abonnés. Seulement, ces moyens de communication, créés directement par les candidats et par les partis, ne sont qu’un moyen de réaliser des actions similaires à des meetings à grande échelle. En effet, lorsqu’ils prennent la parole sur leurs réseaux sociaux, ils ne s’adressent pas aux français, mais à une communauté déjà acquise à leur cause, qui partage les mêmes idées et les mêmes convictions. Les réseaux fonctionnants ainsi, ils jouent le rôle de porte-voix pour partager des idées avec des internautes qui ont pris la décision de les suivre. C’est aussi une des raisons pour lesquelles les politiques se mettent à communiquer sur de nouveaux réseaux qui ont un fonctionnement différent comme Tik Tok. L’algorithme de Tik Tok vous permettant de diffuser vos vidéos même à des personnes qui ne vous suivent pas, il a réussi à séduire de nombreux politiques qui se sont mis à communiquer dessus ces derniers mois. Une communication là aussi différente, plus légère et plus ludique comme le fait par exemple le ministre des transports, Jean-Baptiste Djebbari.

@jbdjebb

mon nom n’est pas « mv » non plus. #pourtoi #fyp

♬ That’s Not My Name – The Ting Tings

L’utilisation d’influenceurs connus pour toucher leur audience

Pour ces politiques, l’objectif est donc d’arriver à convaincre la partie de l’électorat jeune qui ne sait pas encore vers qui se tourner. Et pour cela de nombreuses actions sont mises en place. Qu’ils interviennent le temps d’un concours d’anecdotes avec McFly et Carlito ou d’un live Twitch avec la YouTubeuse EnjoyPhoenix, les tentatives de séduire un public jeune sont multiples et le monde de l’influence a pris un rôle important dans la sphère politique. Si certains diront que ce n’est pas leur place, que d’autres problématiques sont à gérer ou que passer du temps à s’adresser à la jeunesse n’est pas une priorité, l’accueil de ces évènements a plutôt été bien accueilli par la cible en question : les jeunes. Très longtemps désintéressés par les questions politiques, les nouvelles façons de s’adresser à eux ont contribué à augmenter les chiffres d’intéressement à la politique pour les 18-29 ans. En témoignent les chiffres extravagants des vidéos réalisés avec ces influenceurs, comme celle de McFly & Carlito qui a réuni plus de 17 millions de vues sur leur vidéo avec Emmanuel Macron.

 

À l’occasion de cette campagne, d’autres intervenants, que l’on n’attendait pas forcément tenant ce rôle ont souhaité intéresser la cible jeune au monde politique : les stars de la téléréalité. Décriées pour leur « manque d’intelligence » ou leur « mauvaise influence » sur les jeunes, ils ont, qu’on le veuille ou non un rôle de modèle pour certains jeunes qui se reconnaissent en eux et qui suivent en permanence leurs vies sur les réseaux sociaux.

Magali Berdah, célèbre pour être l’agent de la plupart des stars de la téléréalité a souhaité à l’occasion de cette campagne intéresser ses followers aux principaux sujets d’actualités. De façon détournée, son souhait est de rencontrer chacun des principaux candidats à la présidentielle afin de les présenter à son public, qui, en temps normal ne s’intéresse pas forcément à ces sujets. En passant 24 heures avec chacun des candidats, elle ne se revendique pas journaliste et ne prétend pas être là pour mettre en difficulté les candidats sur les sujets importants. À l’image d’émissions de télé qui ont vues le jour à l’occasion de l’élection de 2017 comme Une ambition intime sur M6 par exemple, elle souhaite rendre compréhensible le monde de la politique pour les jeunes. En leur parlant directement et sous un format qu’ils ont l’habitude de consommer, elle ne met aucun candidat en avant, mais tente de les présenter à ses abonnés afin que ces derniers s’intéressent à l’élection et qu’ils se déplacent aux urnes en avril prochain. Une preuve une fois de plus du rapprochement entre le monde des influenceurs et les politiques.

 

Les influenceurs politiques, militants déguisés ou réel désir d’informer ?

L’autre changement majeur dans cette campagne est l’apparition ces derniers mois de nombreux influenceurs politiques. Parmi les influenceurs politiques, on distingue deux catégories. La première, ce sont les influenceurs politisés qui souhaitent promouvoir les messages de leur candidat favori. La principale remarque que l’on peut se faire est qu’il existe très peu voire aucun influenceur politique mettant en avant les idées gouvernementales. Ils soutiennent principalement des idées tranchées et extrêmes.

À gauche, prenons l’exemple de Mattéo, « le Tiktokeur qui veut rassembler la gauche ». Depuis quelques mois est apparu sur TikTok un jeune lycéen de 17 ans qui ne cache pas sa sensibilité politique de gauche. Réunissant près de cinquante-six mille abonnés sur TikTok et 3,1 millions de j’aime, Mattéo enchaîne les vidéos courtes sur des musiques qui parlent à la cible jeune en mettant en avant les candidats de gauche. Il ne cache pas sa préférence pour une candidate en particulier, Christiane Taubira et n’hésite pas à dire réellement ce qu’il pense des autres candidats.

@lapolitiquedemat

vote ouvert pour la Primaire Populaire jusqu’à dimanche 17h 😉

♬ son original – Tik Toker

À droite, ils sont plus nombreux. Papacito, le Raptor Dissident ou encore Estelle Redpill sont les nouveaux acteurs de la sphère politique à avoir fait leur apparition sur les réseaux sociaux pour promouvoir leurs idées extrêmes. Surfant sur les tendances de patriotisme et de protectionnisme que portent des candidats d’extrême droite, ils postent régulièrement des contenus polémiques et réactionnaires.

@jl_grolenchard

#PAPACITO #Zemmour2022 #ZOZZ

♬ son original – Jean Luc Grolenchard

 

Les réseaux sociaux étant le terrain de jeu parfait pour ces affrontements politiques nouvelle génération, les influenceurs politiques gagnent jour après jour en popularité.

 

La seconde catégorie d’influenceurs politiques sont ceux dont l’objectif est de démocratiser la politique en leur proposant des sujets importants et d’actualité sur des plateformes et d’une manière qui parle à la cible jeune. Parmi eux, le plus connu et le plus suivi est HugoDécrypte. De son vrai nom : Hugo Travers, il est à 24 ans le patron d’une entreprise de plus de 15 salariés. Souhaitant comme il le dit « rendre accessible, compréhensible la politique pour tout le monde » il propose sur ses différentes plateformes (YouTube, Instagram, Tik Tok, etc.) de multiples formats résumant l’actualité mondiale et les temps forts de la vie politique. Il aborde toutes les actualités, explique de façon claire et compréhensible les sujets aux internautes sans pour autant passer à côté des sujets de fond. À l’occasion de cette campagne présidentielle, il proposera lui-aussi des rendez-vous hebdomadaires avec les candidats à la présidentielles, tous les dimanches à 19h sur sa chaîne YouTube.

 

Conclusion

Vous l’aurez compris, cette campagne présidentielle n’est pas comme les autres. L’information est multiple, elle est partout et devient omniprésente dans nos vies. Les politiques l’ayant compris eux-aussi, ils surfent sur ces nouveaux moyens de communication afin de séduire la cible qui fera peut-être basculer l’élection : les jeunes. Qu’ils communiquent eux-mêmes directement ou par l’intermédiaire d’influenceurs politisés, la guerre de l’information ne s’arrête jamais. L’apparition de nouveaux acteurs permettant la dédramatisation de la politique comme HugoDécrytpe permettra, je l’espère une nette augmentation de l’intérêt des jeunes pour la politique. Une chose est sûre, il est important de rester lucide sur l’utilisation importante des réseaux sociaux par les différents courants politiques et se faire une idée par soi-même des propositions politiques que nous voulons soutenir.

PS : si vous voulez avoir votre mot à dire lors de l’élection qui approche, il est encore temps de s’inscrire sur les listes électorales ! Vous avez jusqu’au 2 mars ! Cliquez ici, la marche à suivre sera indiquée 🤓

Si ce sujet vous a plu, n’hésitez pas à découvrir de nouveaux articles sur le sujet de l’influence !

On se retrouve bientôt pour un prochain article !

Laisser un commentaire