Lire entre les lignes avec Buren

Daniel Buren

À l’intérieur du Palais Royal à Paris, se trouve une étonnante œuvre contemporaine : les Colonnes de Buren (aussi appelée « les deux plateaux »). Et c’est à partir d’ici que commence notre chemin.

Colonnes de Buren
Colonnes de Buren – Jardin du Palais Royal, Paris

UNE INSTALLATION MODERNE AU CŒUR D’UN PALAIS ROYAL

Installée dans la cour d’honneur du palais Royal, l’installation est composée de 260 colonnes rayées en noir et blanc.  Les colonnes sont alignées en référence à l’architecture classique du lieu et sont disposées en forme de damier.

Damier colonnes de Buren
Les colonnes de Buren formant un damier dans le Jardin du Palais Royal

Elles surgissent du sous-sol archéologique de Paris et émergent à l’air libre en hauteurs différentes, ce qui crée un rythme particulier, et un fort contraste avec le classicisme du palais royal.

Les colonnes surgissent des sous-sol
Les colonnes surgissent du sous-sol du Jardin du Palais Royal

Buren a également souhaité restituer au lieu un caractère populaire, invitant le public à l’investir : les spectateurs s’assoient sur les colonnes, sautent, grimpent et y font même du skate.

Buren Instagram
Publications Instagram #burenstripes

L’artiste se plonge au cœur des contrastes classique/moderne pour donner un nouveau regard à la solennité des bâtiments et aux jeux des jardins. Une référence indéniable est en tout cas faite à l’époque antique, les colonnes représentant, entre autres symboles, une terre archéologique.

Colonnes de Buren
Contraste entre le classicisme du bâtiment du Palais Royal et du modernisme des deux plateaux

BMPT ET LE DEGRE ZERO DE LA PEINTURE

On puise l’origine des rayures de Buren du groupe BMPT fondé en 1967 – initiale de 4 artistes : Daniel Buren, Olivier Mosset, Michel Parmentier, Niele Toroni – avec comme pratique commune la répétition systématique d’un même motif.

BMPT
Portraits des peintres appartenant au mouvement BMPT

Chacun des quatre peintre pratique un geste répétitif dénué de tout fondement artistique et ne voulant donner à voir que ce qu’il présente.

Rayures Buren
Les rayures de Daniel Buren

 

Buren raye verticalement ses toiles de façon uniforme et répétitive en laissant voir le même intervalle entre les lignes de manière à susciter une lisibilité parfaite.

« Je n’expose pas des bandes rayées, mais des bandes rayées dans un certain contexte » Daniel Buren

Mosset
Les cercles d’Olivier Mosset

 

 

 

 

Mosset répète des cercles noirs identiques sur des fonds blancs.

Bandes horizontales Parmentier
Les grandes bandes horizontales de Michel Parmentier

 

 

 

 

 

Parmentier peint de grandes bandes horizontales délimitées au ruban adhésif afin de supprimer tout débordement du pinceau.

Coups de pinceaux Toroni
Les coups de pinceaux de Niele Toroni

 

 

 

 

Toroni, quant à lui, utilise l’empreinte d’un pinceau comme unique motif sur la toile cirée à intervalle régulier.

 

 

 

 

Ce travail en commun prend la forme d’un véritable dispositif critique qui permet à Buren d’examiner les limites non plus seulement physiques de la peinture, mais aussi politiques et culturelles du monde de l’art. Le degré zéro de la peinture, loin de signifier pour Buren une fin de l’art, constitue dès lors l’axiome de départ de sa démarche.

Le mouvement BMPT, c’est l’abandon délibéré de la sensibilité qui a toujours été l’élément moteur et la force d’attraction de l’œuvre d’art. Il n’y a plus de notion de perfectibilité.

QUELQUES ŒUVRES DE BUREN…

Après avoir réalisé les colonnes de Buren, l’artiste s’est renouvelé de manière extraordinaire en créant des environnements incroyables qui donnent des sensations.
C’est un artiste conceptuel qui a réussi à échapper à la fatalité austère du conceptuel pour faire en sorte que le visiteur ressente des choses assez fortes.

Fondation Louis Vuitton
Fondation Louis Vuitton – L’observatoire de la lumière, Bois de Boulogne – Paris

En effet, Daniel Buren réalise dans le monde entier des centaines d’œuvres in situ qui soulignent, contrarient ou mettent en valeur les caractéristiques des lieux qui l’accueillent. Les œuvres de Buren, qui se mesurent à un ensemble de questions liées à la perception, la couleur, l’architecture ou les relations spatiales, visent à permettre une perception directe et à provoquer une réponse sollicitant la sensibilité et la réflexion du spectateur.

Son art envahit l’espace pour en révéler les limites à la fois spatiales, institutionnelles et esthétiques. Ni tableau, ni sculpture, ni architecture, ni décor, chacune des réalisations de Buren renouvelle le rapport entre l’oeuvre, le lieu et le spectateur.

« Si on veut voir avant de se faire le jugement, qui peut être négatif ou positif, il faut bouger. Donc effectivement il faut d’une certaine façon se perdre dans l’espace, car pour moi tout le lieu, tous les mètres carrés de cet espace sont aussi intéressants que les autres parce qu’ils ne donnent pas la même solution ou ils ne donnent pas la même interrogation. Donc effectivement le dispositif est fait pour bouger. » Daniel Buren

Cité radieuse le Corbusier
Buren s’installe à l’intérieur du centre d’art contemporain situé au dernier étage de la Cité radieuse fondée par Le Corbusier à Marseille, pour une pièce monumentale qui donne l’impression d’être face à un téléviseur géant
Les anneaux Buren
Les Anneaux, 2007 quai des Antilles Nantes Daniel Buren et Patrick Bouchain
Beaufort Buren
Beaufort 03, Le vent souffle où il veut, 2009 Buren
La cabane éclatée Buren
La cabane éclatée, juillet 2012, travail in situ, in “Costruire sulle vestigia: impermanenze. Opere in situ”,Parco Archeologico di Scolacium, Catanzaro, Italie
Seven ballets in Manhattan
Seven ballets in Manhattan, travail in situ – performance, New York, mai – juin 1975

… LA OU ON NE L’ATTEND PAS

Pour la nouvelle saison de l’émission « Clique », Mouloud Achour a fait appel aux services de Daniel Buren et du designer Ora Ïto pour repenser tout son décor.

Plateau "Clique"
Plateau de l’émission « Clique » repensé par Daniel Buren et Ora Ïto

 

Entre jeu de lumière et de transparence, répétition d’un même motif, couleurs vives et rayures omniprésentes, le plasticien contemporain ne cesse de nous impressionner. Buren souhaite nous ouvrir les yeux sur les lieux qu’il investit. Et, depuis 1967, on peut affirmer que c’est un pari réussi. En passant par les Deux Plateaux à la fondation Louis Vuitton, Daniel Buren est devenu un révélateur quotidien qui ouvre la perception, et qui transforme les espaces publics.

Découvrez les dernières tendances dans notre rubrique pause culture !

Charlotte Bayoud

Suivez nous !

6 commentaires sur “Lire entre les lignes avec Buren”

  1. Très instructif, l’approche de l’œuvre d’art « les deux plateaux » de Daniel Buren, nous invite, avec engouement, à nous intéresser davantage et à nous projeter dans son univers

  2. Buren a osé s’intégrer dans l’architecture du Palais Royal en apportant une touche d’audace et
    de modernisme par la couleur et les formes, comme une invitation à nous asseoir sur ces plots pour noyer nos yeux dans son œuvre.

Laisser un commentaire