Les influenceurs en mal de contenu

Pas de restaurants, pas de bars, pas d’événements culturels, pas de voyages, pas de salles de sport… comment les influenceurs ont-ils pu alimenter leur feed Instagram en 2020 sans leur habituel fond de commerce ?

Des photos qui datent et (un peu) de rediffusion

Cloîtrés chez eux durant les confinements et aux heures de couvre-feu, les internautes ont trompé l’ennui sur Internet et notamment sur les réseaux sociaux, à la recherche de contenu pour les divertir. Malheureusement, les influenceurs et créateurs de contenu se trouvaient dans la même situation. 

Poster la même photo qu’il y a quelques semaines ou encore ressortir une vidéo d’il y a cinq ans de son disque dur sont autant de stratégies employées régulièrement pour alimenter les réseaux sociaux. Le recours à ces méthodes s’est forcément imposé en 2020 par manque d’opportunités de création.

Cette stratégie garantit cohérence et continuité du contenu proposé et offre également un peu d’évasion, même virtuelle. Toutefois, certains influenceurs ont parfois dû se justifier et préciser qu’ils n’étaient ni partis à l’autre bout du monde ni attablés au restaurant au moment de la publication. Pour éviter toute confusion, d’autres créateurs de contenu ont opté pour une méthode alternative.

Des aveux : pas de contenu très intéressant à proposer

Certains influenceurs jouent la carte de l’honnêteté. Ils confient ne pas avoir de contenu aussi pertinent et original qu’à l’accoutumée à poster sur les réseaux sociaux. Cela a entraîné un retour aux publications plus authentiques. En effet, les blogueurs voyage, par exemple, dont les aventures vous faisaient rêver ou râler se retrouvent à plusieurs reprises également coincés chez eux. Comme les autres, ils ont fait du pain, se sont lancés dans la course à pied et ont arboré toute la semaine le même jogging. Ce semblant de proximité a permis aux influenceurs de se (re)connecter à leur communauté, en se rapprochant de la vie de Monsieur et Madame Tout-le-monde.

Laury Thilleman et son compagnon Juan Arbelaez illustrent bien le concept. Ils ont partagé leur quotidien confiné début 2020 mais aussi relevé quelques défis en vidéo :

Pas de contenu sponsorisé, de conseil fitness ou de code promo, seulement de quoi rire, s’occuper et partager avec sa communauté.

Des calendriers de l’avent et des concours

Recul des moyens alloués au marketing d’influence côté marques et ultime tentative pour sauver la fin de l’année côté influenceurs nous ont donné droit à une avalanche d’ouverture de calendriers de l’avent. Cosmétiques, thés, alcools, incontournables chocolats… désormais, toutes les marques en proposent un.

Généralement, et comme pour d’autres produits, les influenceurs en bénéficient gratuitement, en contrepartie d’une présentation quasi quotidienne (pour le cas des calendriers) sur leurs réseaux sociaux. Moment de partage quotidien, divertissant et privilégié entre influenceurs et followers, ces stories ont rythmé le mois de décembre. Pourtant, à raison de plusieurs calendriers par influenceur, ces contenus ont pu lasser et surtout, manquer d’originalité. En effet, si vous suivez plusieurs influenceurs beauté, vous avez peut-être par exemple pu assister à l’ouverture du calendrier Sephora à de (trop) nombreuses reprises. Certains internautes se sont également fait spoiler leur case en regardant les stories.

En parallèle de cette tendance, on a assisté à une recrudescence des concours à l’approche de Noël. Certes, des lots originaux et exceptionnels ont été offerts par les marques via les influenceurs, mais certains d’entre eux en proposaient parfois un par jour. A l’instar des calendriers, la profusion d’informations et la répétition des modalités de participation ont pu saturer l’attention et l’intérêt des internautes.

Cela aura tout de même eu le mérite de permettre aux gagnants d’offrir (ou de s’offrir) de beaux cadeaux, peut-être inaccessibles sans les concours. Ceux mettant en avant la très attendue et convoitée PS5, en rupture de stock très rapidement après sa sortie le 19 novembre 2020, ont notamment déchaîné les passions sur Instagram. Enjoy Phoenix, réunissait 115 000 commentaires sous sa publication.

En dehors de Noël, il y a un concours à retenir cette année, dont le buzz est à la hauteur du premier lot : une Mercedes Classe A. Lors de ce concours, lancé par le suisse Yomi Denzel, jusqu’alors Instagrameur comme un autre, ont également été proposés une Rolex, un iPhone 11 et des AirPods ou encore un sac Yves Saint Laurent. Cette publication aux 770 000 likes a atteint plus d’1,3 millions de commentaires !

La création de contenu en 2021

Changement de stratégie, nouvelles collaborations ou concours en tout genre, l’année 2020 aura modifié le paysage de l’influence sur les réseaux. Ce domaine déjà mouvant et instable a dû s’adapter plus rapidement que prévu et de façon inattendue. Attendons de voir ce que 2021 réserve, mais chez Gnitekram, on s’est déjà renseigné sur les futures tendances marketing.

Eve Miquel

Laisser un commentaire