Air France, KFC, Saint Laurent, NHS : découvrez le pire de la pub en 2020 !

pub flop Air France

2020 a été une année bien particulière. Au delà d’impacter durablement nos modes de vie, elle a aussi eu une incidence sur la publicité et les messages que celle-ci nous projette.
Certaines marques auront su trouver le ton qui convient à cette situation si particulière, comme Leclerc ou Intermarché par exemple (découvrez toutes les réussites de 2020 en cliquant ici).
Mais d’autres auront simplement raté le coche. Glauque, sexiste … Découvrez en quoi ces deux adjectifs résument parfaitement le pire de la pub en 2020.

—————————————————

Pire pub #1

NHS britannique : quand Noël devient bien sordide

 

 

Dans le cadre d’une campagne de levée de fonds, le NHS (National Health Service), soit le système de santé britannique, met en scène un vieil homme manifestement malade du COVID-19.
Cette publicité a engendré un flot de réactions négatives pour une simple et bonne raison : l’homme qui est présenté dans la publicité, très mal en point, affaibli et blafard, n’est autre que le Père Noël !

En touchant à cette figure emblématique, le NHS s’est attiré les foudres d’Internet. En effet, le public y a vu une attaque envers l’une des seules sources restantes de magie et de bonheur dans cette année si lugubre. Mais aussi, et surtout, une attaque envers un personnage emblématique dans l’imaginaire des enfants. De nombreux internautes dénoncent alors une publicité traumatisante pour les petits britanniques, dépossédés de cette figure de joie et de générosité qu’est le Père Noël.

Bien que le NHS n’ait pas choisi pour cible cette tranche d’âge, comme il l’a rappelé sur les réseaux sociaux, l’organisme ne contrôle évidemment pas la diffusion de sa publicité auprès de jeunes spectateurs.

Ainsi, après plusieurs jours d’attaques violentes sur les réseaux sociaux, la vidéo a finalement été retirée. Laissant l’opportunité aux petits britanniques de continuer à rêver en toute sérénité. 

 

Pire pub #2

Air France : du morbide et encore du morbide

 

pub flop Air France pub flop Air France

Comme si prendre l’avion n’était pas assez effrayant pour beaucoup et l’année 2020 pas assez lugubre, Air France a décidé d’en rajouter avec sa nouvelle campagne de publicité, qui a fait un vrai flop.

Les affiches parlent d’elle-mêmes : toutes d’un bleu très sombre, presque noir, elles plantent déjà le décor pour une atmosphère des plus dramatiques.Ajoutez à cela des baigneurs flottants, inertes, si blafards que l’on penserait à des cadavres. Un stewart qui se tient parfaitement droit et immobile dans une obscurité profonde et qui arbore une peau très blanche, voire bleutée. Il semble se complaire dans les ténèbres, tel un croque mort tout droit sorti d’un film d’horreur. Le coeur formé par ses mains et le sourire qui s’affiche sur son visage n’en sont finalement que plus effrayants.

Sur les réseaux sociaux, les réactions sont sans équivoque : lugubre, morbide, sombre …
C’est un vrai bad buzz pour Air France, qui a signé l’une des pire pub de son histoire et qui n’aura clairement pas su envoyer le bon message à travers cette nouvelle campagne. Quand la sérénité était le coeur de leur objectif, c’est finalement le contraire qui a été interprété, et à juste titre.
Censée être rassurante et chaleureuse, la campagne est finalement totalement déshumanisée et n’incarne que la froideur, la distance, la mort.
Clairement pas l’idéal dans la situation actuelle, déjà bien morne.

 

Pire pub #3

Monoprix, Saint Laurent, KFC : le sexisme, toujours bien présent en 2020

 

Trois ans après le début du mouvement « me too », les publicités semblent rester bloquées dans leurs mauvaises pratiques : sexualisation, objectification, culpabilisation …

En 2020, les nommés pour le prix du pire de la pub sexiste sont …

via GIPHY

 

  • Saint Laurent.

La maison de haute couture a été accusée en 2020 de promouvoir une image dégradante de la femme (spoiler : ce n’est pas la première fois).

Cette année, c’est une affiche qui a suscité l’indignation. On y voit une jeune femme allongée, cambrée, les jambes écartées. Cette mise en scène a été dénoncée à cause de la représentation de cette jeune femme comme un objet sexuel déshumanisé et vulnérable.

Entre le 3 et le 6 octobre 2020, c’est 10 plaintes de particuliers qui ont été déposées auprès du jury de déontologie publicitaire. 

Yves Saint Laurent pub sexiste

  • KFC.

Le corps des femmes, ce bon vieux levier marketing !
Une publicité australienne de KFC a été jugée sexiste par le « Collective Shout » qui a lancé un appel pour renforcer la lutte contre les « stéréotypes archaïques visant à objectiver les femmes ».

Dans cette publicité, on aperçoit en effet une femme au décolleté plongeant qui regarde son reflet dans une vitre de voiture, qu’elle pense vide. La vitre finit par se baisser, révélant deux petits garçons obnubilés par le décolleté devant eux et une femme, au regard désapprobateur.

Cette vidéo nous replonge finalement dans le pire de la pub, à une époque où celle-ci usait toute sorte de clichés macho et sexistes et utilisait les femmes comme des objects sexuels pour le plaisir des hommes.
Et oui, on est bien en 2020 et on continue à utiliser une paire de seins pour vendre un burger au poulet ! 

  • Monoprix. 

La publicité de rentrée 2020 de Monoprix a été sujet à de nombreux débats sur les réseaux sociaux. Le distributeur a en effet présenté deux affiches au contraste saisissant.

D’un côté, un petit garçon, insouciant, qui compte bien utiliser son cartable comme poteau de but pour jouer au foot avec ses copains. De l’autre, une petite fille, qui semble presque apeurée et à côté de laquelle est inscrit la phrase « Faites lui plaisir, elle n’a pas encore rapporté de mauvaises notes ».

Cette publicité a été qualifiée comme problématique par de très nombreux internautes pour la raison suivante : la culpabilisation des filles, qui subissent une pression pour toujours rapporter de bonnes notes, quand leurs acolytes masculins sont autorisés à jouer au football sans que personne ne s’en soucie.

Monoprix a tenté de s’excuser en jouant la carte de l’humour. Pas sûr que cela suffise.

 —————————————————

Le pire de la pub en 2020 a engendré son lot de bad buzz et de flops. Entre vidéos sexistes et affiches morbides, c’est un bilan plutôt négatif pour toutes ces entreprises, qui n’auront pas su trouver le bon ton pour s’adresser à leur audience ou bien qui continuent à utiliser des codes dépassés, voire problématiques. 

Il ne nous reste plus qu’à espérer que 2021 nous réserve de meilleures surprises …

Laisser un commentaire