Un peu gluant, mais appétissant ! – Le marketing nous fait tout avaler

Le marketing va être mis à rude épreuve pour nous convaincre de faire de la place dans nos assiettes…à des insectes.

Fermez les yeux… Un cookie surmonté d’un grillon, c’est croustillant, de jolies notes de beurre de cacahuète se révèlent en bouche. On le jure, on a failli goûter !

 

Le fait de manger des insectes porte un nom : c’est « l’entomophagie ». Cette pratique existe depuis des millénaires. Pour preuve, dans la Grèce Antique, les cigales constituaient un plat de luxe !

Les insectes font partie des habitudes alimentaires de 2,5 milliards de personnes sur Terre, en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique. Pour l’heure, dans nos cultures occidentales, l’engouement est aux abonnés absents. Et si on vous dit que ces petites bêtes pourraient être un remède à la faim (fin) du monde ?


Au-delà du challenge marketing, il s’agit d’un véritable enjeu environnemental et sanitaire auquel les producteurs et distributeurs font face. Pourtant, les arguments ne manquent pas pour sauter le pas :

  • Les insectes sont riches en protéines
    Pour le plaisir de nos amis bodybuildeurs. Un taux supérieur à celui des végétaux, viandes, œufs et volailles vendus dans le commerce. Il peut atteindre 75% !
  • Un élevage à faible impact environnemental
    Économe en eau et faible en rejets de CO2. Avec tout ça on va pouvoir continuer à prendre l’avion !
  • Une vraie solution pour 2050
    Il ne s’agit pas de nourrir les 200 invités de la barmitsva de ton neveu mais 9 milliards d’individus.
  • Une variété de goûts et de formes
    Un argument qui compte. Pas moins de 2 111 espèces d’insectes comestibles sont recensées !

Alors, pourquoi ne mange-t-on plus d’insectes ?
C’est une habitude qui se serait perdue dans les pays occidentaux avec la domestication d’animaux sauvages, qui en plus de procurer de la viande, produisent des produits laitiers, du cuir, de la laine et de la force de travail pour le labour ou le transport.


Et là, avec tous ces arguments, on s’imagine déjà ce que vous vous dites : « Mais pourquoi ne pas s’y être mis plus tôt ?! ». On s’imagine aussi ce que vous vous dites vraiment : « Berk / Ignoble / [placer un synonyme] ».

C’est ici que le marketing intervient pour lever ces fameux freins cognitifs. Il existe quelques ruses utilisées par les producteurs pour vous faire voir le vers à moitié plein.

  • Travailler son packaging

Le marketing devant composer avec une barrière émotionnelle forte, certaines entreprises comme Jimini’s adoptent un ton décalé et jouent sur l’humour pour vendre.

Ici, pas de culpabilisation du consommateur mais beaucoup d’humour côté packaging et des goodies à gogo dans les paquets.

« Il fallait qu’on dédramatise le fait de manger des insectes, qui plus est des insectes bien visibles et entiers ! » co-fondateurs de Jimini’s »

 

  • Jouer sur la forme

En transformant les insectes entiers en farine par exemple (technique la plus courante).

Entre autres, la société belge Aldento surfe sur la vague de la nourriture bio et saine en utilisant pour la première fois de la farine d’insectes pour fabriquer ses pâtes artisanales.

Autres exemples de transformation de la matière première :
Barres chocolatées à la farine d’insectes                                 Préparation pour cookies


Pas d’affolement, nous savons qu’après la lecture de cet article, vous n’avez qu’une idée en tête : goûter.

Vous en rêviez, Gnitekram l’a fait, une liste des endroits où il est possible de manger des insectes dans la ville rose (hormis votre jardin).

 

>> On commence en douceur et on remplace les chips par des vermisseaux.
Apéro détente au Fût et à mesure, 20 Rue Gabriel Péri, 31000 Toulouse

 

>> On porte ses cojones jusqu’au restau mexicain et on se dit que c’est pas la petite bête qui va manger la grosse.
Belle régalade à La Sandia, 8 Rue Palaprat, 31000 Toulouse

Résultat de recherche d'images pour "nature et decouverte insecte""

 

 

>> Si vous n’êtes pas toulousain, certains magasins Nature & Découverte proposent aussi des insectes comestibles à la vente.

 


Alors, les insectes vont-ils vraiment arriver dans nos assiettes ?

Si vous avez réussi à nous lire jusqu’au bout malgré ces images choc merci, sinon, merci quand même.

N’hésitez pas à nous donner votre avis et à partager cet article ainsi votre expérience en tant qu’entomophage expert !

 

Ecrit par Johana K.

Suivez nous !

1 commentaire sur “Un peu gluant, mais appétissant ! – Le marketing nous fait tout avaler”

  1. Voilà un article qui me ferait presque changer d’avis sur mes idées préconçues quant à la « future nouvelle façon » de me nourrir ! Après tout, pourquoi pas dirais-je ? Essayer, peut-être…. : Arguments presque convaincants…..

Laisser un commentaire