Intelligence artificielle et emploi : quel avenir ?

Intelligence artificielle

L’Intelligence Artificielle (IA ou AI en anglais), prend de plus en plus de place dans nos vies et dans le monde du travail. Elle prend tellement d’ampleur que l’on se demande si elle ne va pas faire disparaître la majorité de nos emplois. Il se pourrait toutefois que la réalité ne soit pas aussi simple et prévisible qu’elle n’y paraît …

De nombreux emplois touchés

On sait déjà que plusieurs secteurs seront touchés, entrainant une véritable révolution. Et comme toute révolution, il n’est pas surprenant de penser que celle-ci touchera d’abord les emplois les moins qualifiés. L’IA ne fera donc pas exception à la règle : elle permettra à l’Homme de délaisser les tâches les plus simples, répétitives et aliénantes. C’est le cas par exemple des employés de compagnies aériennes en charge des enregistrements des bagages : ce dernier se fait déjà par le biais d’ordinateurs. On peut également citer l’émergence des véhicules autonomes qui vont progressivement transformer les métiers de chauffeur.

Si le fait que les emplois peu qualifiés soient fortement touchés paraît être une évidence, on ne peut exclure le fait que l’IA va également impacter les métiers dits « intellectuels » et les fonctions de support des entreprises. C’est d’ailleurs déjà en route dans les métiers des RH où les robots sont utilisés pour repérer les candidats les plus intéressants pour un poste.

Le secteur de la santé ne sera également pas en reste puisqu’il sera possible de confier le diagnostic à un robot. On pense, évidemment, à Watson, d’IBM, qui a déjà diagnostiqué des cancers. Dans le secteur juridique, l’IA aura également sa place : relecture de contrats mais aussi plaidoiries pourraient être assurés par des robots.

Les soft skills toujours nécessaires

Il n’est donc pas exclu que tous les secteurs d’activités soient touchés par cette révolution  mais il ne faut pas oublier que, plus que des connaissances techniques, ces métiers demandent certaines compétences plus « humaines ».

Ainsi, les fameuses soft skills, ces qualités humaines qui sont de plus en plus recherchées dans le monde du travail, ne sont pas encore au point chez les robots. Il ne serait donc pas surprenant de voir que robots et humains finissent par travailler ensemble. De cette façon, dans le cas de la médecine par exemple, le robot effectuerait le diagnostic et le médecin s’occuperait de sa relation avec le patient. Même constat du côté des ressources humaines où les responsables RH seront toujours présents pour effectuer les entretiens avec les candidats.

Enfin, il est souvent affirmé que l’IA détruira des métiers. Ce n’est pas tout à fait vrai car si certains emplois, tels qu’on les connait aujourd’hui, disparaitront totalement, cela entraînera forcément la création de nouveaux métiers. Dans le cas des voitures autonomes, de nouvelles compétences devront être développées et il faudra tout de même un humain derrière pour gérer les robots et les systèmes qui font fonctionner ces véhicules.

En bref, l’IA continuera à évoluer, à prendre de la place dans nos vies, effectuera de nombreuses tâches pour nous, mais le remplacement de l’humain n’est peut-être pas encore au programme.

Suivez nous !

1 commentaire sur “Intelligence artificielle et emploi : quel avenir ?”

  1. Super article ! 😊 j’espère juste que je n’aurais pas étudié 14 ans de médecine pour me faire rme0lacer par un robot quand j’aurais fini hahaa

Laisser un commentaire