Greenwashing : Yves Rocher sur le banc des accusés !

 

Phénomène d’actualité, la tendance du bio et des produits d’origine naturelle est au cœur des préoccupations. De plus en plus de marques surfent sur la vague verte du bio en étiquetant leurs produits comme étant « sains » ou encore « naturels ». Mais est-ce toujours vrai ? Certaines marques n’hésitent pas à jouer avec la confiance des consommateurs, en faisant appel à une nouvelle pratique Marketing : le Greenwashing.

 

Qu’est-ce que le Greenwashing ?

Tu te demandes sûrement ce que signifie Greenwashing ? Tu dormais pendant tes cours d’anglais au lycée ? Ne t’en fais pas, je vais traduire ce mot qui peut faire peur. C’est tout simplement la contraction des mots anglais « green » (vert) et « brainwashing » (lavage de cerveau). En français ça donne « écoblanchiment ». Tu l’auras compris, il ne s’agit pas d’une pratique marketing toute rose… ou verte ! (et oui, on t’avait prévenu chez Gnitekram on adore les jeux de mots !).

Place à un peu d’histoire… Le terme de Greenwashing est apparu au début des années 1990 par des OGN qui pointaient du doigt certaines pratiques douteuses des grands groupes industriels. Cette notion de Greenwashing, ou d’écoblanchiment (anglais, français : il en faut pour tous les goûts !), s’est popularisée dans les années 2000 face à une expansion de ce procédé Marketing.

Mais à ce stade, tu te demandes toujours de quoi il s’agit exactement… Sois patient, à la fin de cet article tu seras un pro du Greenwashing ! (De quoi impressionner les beaux-parents ce week-end au repas).

Plus précisément, le Greenwashing désigne une pratique utilisée par les entreprises qui consiste à orienter leurs actions Marketing et leur communication vers un positionnement écologique. Elles vont ainsi mettre en avant des arguments écologiques pour se forger une image écoresponsable. Le hic est que le message dégagé ne correspond pas exactement à la réalité des faits… Ces entreprises cherchent à « blanchir » leur image en affichant des produits comme étant naturels, alors qu’ils ne correspondent pas totalement à cette définition. La couleur verte, des logos inspirant le bio… tu te sens perdu ? Tu ne sais plus qui/quoi croire ? Tu n’es pas le seul et heureusement pour toi, je vais t’éclairer sur la marque Yves Rocher.

 

Yves Rocher : fausse marque naturelle ?

Les marques de cosmétique sont nombreuses sur le marché, et la concurrence est féroce. Face à un engouement pour les cosmétiques naturels et bio, les entreprises sont incitées à tricher et à présenter leurs produits sous une image qu’ils ne méritent pas.

Prenons le cas d’Yves Rocher, célèbre marque de cosmétique très populaire en France, fondée en 1959 à la Gacilly où le siège est toujours implanté aujourd’hui. Grande consommatrice de leurs produits au quotidien, j’ai enfilé ma casquette de Sherlock Holmes afin de lever le doute et dévoiler la vérité sur la vraie composition de ces produits cosmétiques dits « naturels ».

Ce que nous allons découvrir pourrait bien en décoiffer plus d’un… Are you ready ?

As-tu déjà fréquenté une boutique Yves Rocher ? Une façade verte, un intérieur décoré avec des matériaux naturels, des vendeuses aux couleurs verdoyantes… Leur site s’est également mis sur son 31 : du vert, des végétaux, la nature est omniprésente mais surtout (SURTOUT !) beaucoup de phrases qui nous font de l’œil : « 100% d’actifs végétaux », « La passion du végétal » etc. Yves Rocher va même jusqu’à se présenter comme le « Créateur de la cosmétique végétale ». Ambitieux n’est-ce pas ? Mais de quoi rassurer les consommateurs. A première vue, Yves Rocher aspire à de réelles valeurs et nous donne une image de produits tirant eux aussi vers le naturel. Je ne sais pas toi, mais j’ai rapidement l’impression que mon corps et mes cheveux sont entre de bonnes mains.

Regardons maintenant de plus près les stratégies utilisées par ce grand de la cosmétique en France. Yves Rocher montre un engouement de plus en plus fort pour la protection de l’environnement. En 1990 La Fondation Yves Rocher voit le jour, s’orientant ainsi vers le développement durable, la déforestation… La nature semble alors être au cœur de leurs valeurs. L’enseigne priorise les ingrédients issus d’agriculteurs bio, prohibe les ingrédients d’origine animale et utilise des emballages écoresponsables que l’on peut recharger et recycler. Le cocktail parfait pour te donner envie d’acheter tous leurs produits et de faire en plus une bonne action. Mais si tu fais ton curieux/ta curieuse, tu peux être amené(e) à regarder la composition des produits et là… c’est le drame ! De quoi devenir vert (je t’avais prévu, les jeux de mots ça nous connait).

« Paroles, paroles, paroles » (tu as reconnu la musique ou pas ?) Et oui, beaucoup de paroles et très peu, voire pas du tout, de certificats qui permettent de nous garantir leur bonne foi… Décortiquons ensemble quelques-uns de leurs produits.

 

Des produits pas si verts …

  • Masque hydratation intense

beauté packaging Yves Rocher crème greenwashing

Lorsque l’on lit la description Marketing de ce produit, on retrouve pas mal de végétal, en plus de packaging du produit qui est… vert. On s’attend donc à découvrir un produit naturel à base d’extraits végétaux. Mais si l’on regarde de plus près la composition, on risque d’être déçu. En effet, on retrouve un ingrédient controversé à risque : le phenoxyethanol (pour moi aussi c’était du chinois je te rassure), qui n’est autre qu’un conservateur dangereux pour la santé fait à base de pétrole. Mais ce n’est pas tout ! On retrouve également sept autres ingrédients qui sont à éviter : du silicone, du plastique, des PEG (PolyEthylene Glycol). Et la promesse du naturelle elle est où ?

  • Crème de soin hydratante pure Camomille.

beauté packaging Yves Rocher masque greenwashing

Ici, on se laisse séduire par la présence de la camomille dans cette crème qui hydrate, protège et adoucit la peau. Mmmh la douce odeur de la camomille … Là tu te dis que c’est sûr : ce produit il est naturel ! Mais attention, l’habit ne fait pas le moine, comme on dit. Encore une fois, lorsque l’on regarde la composition, on se rend rapidement compte que la camomille n’apparaît pas dans les premiers ingrédients, et est au contraire très peu présente. Nos petits yeux sont ensuite fâcheusement agressés par la présence de tous ces produits qui laissent à désirer : silicones, parabènes, substances parfumantes allergènes etc. En bref, sur la loooongue liste d’ingrédients, seulement huit sont naturels.

Pour voir la composition exacte des produits sélectionnés, tu n’as qu’à cliquer sur les photos !

 

Cette petite liste de produits n’est qu’un échantillon. Bien que certains ingrédients soient en effet naturels, et que quelques produits soient certifiés bio, cela n’est pas à la hauteur des revendications d’Yves Rocher qui se vend comme étant « le créateur de la cosmétique végétale ». Beaucoup de communication et d’opérations de Marketing pour une réalité décevante, à base d’ingrédients problématiques, voire dangereux pour la santé et l’environnement. Une mise à nue qui a de quoi donner des frissons.

Mais il ne s’agit pas de la seule marque de cosmétique pointée du doigt ! Nombreuses sont celles qui pratiquent le Greenwashing.

Tu as des idées ? Comme moi, partage ton expérience et tes doutes sur les fausses marques naturelles !

Marie Rossi

Suivez nous !

3 commentaires sur “Greenwashing : Yves Rocher sur le banc des accusés !”

  1. On peut peut être leurs reprocher des ingrédients « controversés » mais pas interdit et comparer à d’autre marque, YR à le mérite d’investir dans des actions de reboisement de la greenbelt en Afrique où le développent de culture bio en Bretagne par le biais de sa fondation … forcément en décortiquant les produit d’appel, bon marche qui font faire connaître la marque au petite bourses, c’est assez biaisé comme analyse

  2. Ping : Quand les associations caritatives invitent le Nudge Marketing

  3. Ping : Pâques, place à une chasse à la gourmandise

Laisser un commentaire